Macron à Athènes pour lancer la “refondation” démocratique de l’Europe

Le président français Emmanuel Macron s’entretient avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras lors du Conseil européen de Bruxelles, le 22 juin 2017 (AFP/Archives/EMMANUEL DUNAND)

« Emmanuel Macron va exposer jeudi son ambitieux projet de « refondation » pour une Europe plus démocratique en s’exprimant sur les lieux mêmes où la démocratie a été inventée, au premier jour de sa visite en Grèce.

C’est avec l’Acropole en toile de fond que le président français prononcera en fin de journée un discours consacré au « nouveau projet européen » qu’il prône depuis son élection en mai.

Le site en plein air choisi est hautement symbolique puisque la colline boisée de la Pnyx a accueilli les réunions de l’Ecclésia, l’assemblée des citoyens qui votaient à main levée les lois durant « l’âge d’or » de la démocratie athénienne au Ve siècle avant J-C.

S’exprimant devant « beaucoup de jeunes », selon l’Elysée, M. Macron y enverra son « message sur la relance de l’Europe » au côté du Premier ministre grec Alexis Tsipras.

Les deux jeunes dirigeants, âgés de 39 et 43 ans, s’accordent sur la nécessité de redonner un nouveau souffle à une Union européenne mal-aimée car jugée peu démocratique et éloignée de ses habitants.

« Où mieux qu’à Athènes, où la crise de la zone euro a éclaté, pouvait-on démarrer cette nouvelle phase? », plaide l’Elysée.

Le contexte est jugé favorable par l’exécutif puisque la Grèce affiche les signes d’un timide redressement avec un retour de la croissance, un retour d’investissements et une légère décrue du chômage, grâce notamment à une saison touristique record.

Mais le chômage reste le plus élevé de la zone euro, et les Grecs, surtout les jeunes, affrontent une précarisation de l’emploi grandissante.

Athènes espère sortir de la tutelle budgétaire internationale lorsque prendra fin le troisième plan d’aide en août 2018. La Grèce comptera alors sur la France pour l’aider à obtenir un rééchelonnement de sa dette colossale.

– « Confiance » –

Le quotidien grec des affaires Naftemporiki a indiqué mercredi attendre un « double message » de la part de M. Macron: « un message de confiance en la Grèce et les Grecs sur la reprise économique » et « un second à toute l’Europe », sur « la crise de la démocratie qui ébranle le vieux continent ».

Dans son discours, le président français devrait donc détailler sa méthode, qui s’appuie sur la mise en place de conventions démocratiques dans toute l’UE à partir de l’année prochaine.

Les contours de ce « débat délibératif » restent encore vagues, mais M. Macron prévoit de le présenter à ses partenaires européens « à l’automne », une fois passée l’étape des élections législatives allemandes.

Pour l’Elysée, cette « refondation » démocratique se doit d’être innovante. Car elle ne peut être basée sur « la méthode traditionnelle où on ferait un congrès ou un conclave pendant quelques semaines jusqu’à ce que la fumée blanche d’un traité (…) sorte ».

– « Opportunités » –

La visite grecque a également une forte dimension économique puisque M. Macron est accompagné du ministre de l’Economie Bruno Le Maire et d’une quarantaine de patrons de grands groupes français comme Engie ou Suez, et de start-up ayant percé sur le marché grec comme KissKiss BankBank.

La France, qui représente 10% des investissements étrangers directs en Grèce, ne veut pas laisser les « importantes opportunités » qui s’ouvrent avec la reprise et le programme de privatisations au bénéfice des seules entreprises chinoises et allemandes.

Après la reprise du port du Pirée, le plus grand du pays, par un groupe chinois, un consortium comprenant le groupe marseillais CMA CGM, a récemment obtenu la gestion du port de Thessalonique, tandis que l’Allemand Fraport emportait celle de 14 aéroports du pays.

Vendredi, M. Macron, accompagné de son épouse Brigitte, fera aussi le point sur la coopération archéologique entre la France et la Grèce et s’adressera à la communauté française. Pour cette visite, des mesures de sécurité draconiennes ont été prises dans le centre d’Athènes par les autorités grecques.

© 2017 AFP

https://www.abcbourse.com/marches/macron-a-athenes-pour-lancer-la-refondation-democratique-de-l-europe_409408_PX1p.aspx

Publicités

L’Espagne face à la spirale du séparatisme catalan

Beaucoup d’espagnols non catalans habitant en Catalogne n’admettent pas la différence de cette terre, ni sa langue ni sa culture. Comme exemple, la non acceptation du catalan à l’école par ces parents. La Catalogne est également un important poumon économique en Espagne. Il est évident que le gouvernement central ne veut pas renoncer à cette manne.

Par Michaela CANCELA-KIEFFER,  publié le 7 septembre 2017 à 7h26.

 5 minutes

International

Le parlement catalan, le 6 septembre 2017 à Barcelone© AFP LLUIS GENE

Le gouvernement espagnol affronte une des crises politiques les plus graves de l’Histoire de cette jeune démocratie, avec la convocation en Catalogne d’un référendum d’autodétermination pour le 1er octobre, un scrutin qu’il tentera de bloquer par tous les moyens à partir de jeudi.

“Les concepts d’Etat et d’unité des patries (…) n’ont plus d’avenir dans l’Europe démocratique actuelle”: avec ces mots le président régional catalan, l’indépendantiste Carles Puigdemont, achevait une brève allocution dans la nuit de mercredi à jeudi pour se féliciter de la convocation par décret du référendum.

Dans trois semaines, si son camp l’emporte, la Catalogne, région de 7,5 millions d’habitants grande comme la Belgique, devra selon les séparatistes devenir une république indépendante, séparée du royaume d’Espagne.

Mercredi, le Parlement régional a vécu une journée folle autour de l’adoption de la loi organisant le référendum, en dépit de son interdiction par la Cour constitutionnelle.

Elle a été marquée par les huées, les quolibets, les applaudissements, les cris.

Il y avait d’un côté, les séparatistes, 72 députés sur 135, décidés à faire adopter cette loi, inspirés par le référendum organisé en Ecosse en 2014. Un scrutin qu’ils réclament en vain depuis des années au chef du gouvernement, le conservateur Mariano Rajoy.

De l’autre, l’opposition de droite et du centre qui juge cette consultation illégale, et estime que l’ensemble du peuple espagnol doit se prononcer sur l’avenir d’un territoire.

Au milieu, une dizaine d’élus partagés, qui reprochent au référendum de n’être pas assorti de suffisamment de garanties et craignent l’autodestruction de la société catalane, divisée à parts presque égales entre pro et anti-indépendance.

“Personne ne va soutenir un mouvement ultranationaliste qui veut fracturer la quatrième puissance de l’Union européenne”, a prévenu le chef du Parti populaire (droite) en Catalogne, Xavier Garcia-Albiol.

Finalement le texte a été adopté avec 72 voix pour et 11 abstentions, sans un contrôle de légalité a priori par l’organe du parlement dont c’est la vocation.

“Une atteinte inacceptable aux droits des élus”, a dénoncé dans un éditorial jeudi le quotidien El Pais, fermement opposé aux séparatistes catalans.

Il n’y a pas eu de voix contre car les élus opposés au scrutin ont refusé de voter et ont quitté l’hémicycle, abandonnant tristement derrière eux des drapeaux catalans et espagnols alignés côte à côte sur les fauteuils en velours rouge.

Mariano Rajoy n’a pas réagi à chaud, fidèle à son habitude, laissant le soin à sa vice-présidente Soraya Saenz de Santamaria d’annoncer encore une saisine de la Cour constitutionnelle pour demander l’annulation des débats.

Les juges de la Cour sont, selon les séparatistes, “instrumentalisés”, d’autant que sur ses douze magistrats dix ont été désignés par des majorités conservatrices ou par le gouvernement.

Les parlementaires indépendantistes, majoritaires en Catalogne depuis 2015, ont d’ailleurs prévu dans la loi sur le référendum d’instaurer un “régime juridique exceptionnel”.

Ce régime prévaudra sur toutes les normes qui pourraient entrer en conflit avec le texte, ce qui équivaut à dire à l’Etat et à la justice que ses décisions seront ignorées.

L’arsenal de Madrid

Face à eux, le gouvernement espagnol privilégie l’utilisation d’un arsenal juridique mis en place en prévision de cette situation.

Il peut aller jusqu’à une suspension des dirigeants catalans, ordonnée par la Cour constitutionnelle; déclencher des poursuites pénales; saisir le patrimoine personnel des responsables.

Mercredi le parquet a déjà promis de poursuivre la présidente indépendantiste du Parlement catalan Carme Forcadell pour “désobéissance”.

Madrid a aussi la possibilité de sanctionner les fonctionnaires qui participeraient à l’organisation du scrutin.

Face à ces pressions, les indépendantistes de la coalition “Ensemble pour le oui” et de la CUP (Candidature d’unité populaire, extrême gauche) disent défendre leurs droits démocratiques après des années d’humiliation par les conservateurs, qui ont notamment obtenu de la Cour qu’elle réduise des compétences plus larges accordées à la Catalogne entre 2006 et 2010.

A partir de jeudi, une guerre d’images et une course contre la montre de trois semaines s’engagera entre les deux camps. Madrid tentera d’éviter le scrutin sans donner l’impression de brimer la région.

Barcelone, en campagne, cherchera à mobiliser pour obtenir un maximum de participants et légitimer le scrutin, une mission difficile car il faut mettre en place une commission électorale crédible et organiser en évitant les chausses-trappes de l’adversaire.

https://www.24matins.fr/traf/une/lespagne-face-a-la-spirale-du-separatisme-catalan-2-595145https://www.24matins.fr/traf/une/lespagne-face-a-la-spirale-du-separatisme-catalan-2-595145

 

On en veut plus de cette imposture, de cette félonne et traître perverse qui veut détruire la France en sapant ses fondements, l’éducation et enseignement

najat 2017

Najat Belkhacem virée aux législatives par les électeurs reviendrait en politique comme sénatrice

De Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer
. Politique
Mike Borowski
Mike Borowski
Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

Partager sur Facebook

Ce qui a de formidable dans la politique Française, enfin plutôt pour les hommes et femmes politiques issus du sérail, pour la nation cela n’a malheureusement aucun intérêt, c’est que ces gens même s’ils sont dégagés à coups de pieds aux fesses par les électeurs et bien ils ont toujours une branche sur laquelle se raccrocher. On ne les veut plus et on les met à la porte, ils reviennent par la fenêtre. Parfois il est même impossible de se débarrasser d’eux tels des punaises ils se maintiennent et se maintiennent et il n’y a rien à faire ils ne partiront pas.

D’un autre côté je les comprends la place est tellement bonne surtout au vu du pedigree de nos chers élus. La plupart d’entre eux si ce n’est l’investiture que leur donne le parti ne jouirait pas de la vie comme ils le font comme parlementaire. Ils sont souvent incapables, incompétents, à moitié demeurer, je les comparerai aux joueurs de football qui sans leur bonne étoile d’avoir eu un talent comme sportif n’auraient même pas la possibilité de balayer les rues, je dis ça sans aucun mépris ni condescendance puisqu’au moins les éboueurs servent à la collectivité, le footballeur aussi à sa façon au contraire des politiciens dont on peut les classer parmi les nuisibles.

Cette arithmétie Mme Belkacem va visiblement la connaître, ainsi vous l’avez détesté comme ministre de l’éducation nationale et vous aviez bien raison, vous avez par conséquent boycotté Benoit Hamon dont elle a été son porte-parole pendant les présidentielles. Vous n’avez pas seulement voulu sanctionner Hamon, vous avez aussi empêcher son maintien dans un gouvernement comme ministre. Les électeurs de Villeurbanne sa circonscription ont refusé de lui donner mandat pour que Mme Belkacem devienne député, ils l’ont éliminé.

Ces résultats contre elle sont un rejet à sa personne et tout être humain normal verrait sa comme une sanction individuelle liée à ce qu’elle représente, et bien non pas elle. Non toutes les excuses sont bonnes la vague Macron, la faillite du PS, le racisme, la misogynie, tout sauf son action.

Par conséquent Mme Belkacem réfléchi à la sénatoriale, car coup de chance les sièges sur son département se libèrent en septembre. Et comme vous le savez si bien, les sénateurs sont élus par les élus, c’est beaucoup plus simple qu’un avènement par le peuple, surtout si vous êtes affiliés à un parti important comme le PS. Bingo voilà le tremplin pour revenir montrer sa bouille à la télévision et continuer le travail de sape politique qu’elle a entreprit depuis 2012.

Electeurs vous ne l’avez plus voulu ministre, ou député vous l’aurez sénatrice. Et pour au moins 6 ans.

http://lagauchematuer.fr/2017/07/03/najat-belkhacem-viree-aux-legislatives-par-les-electeurs-reviendrait-en-politique-comme-senatrice/http://lagauchematuer.fr/2017/07/03/najat-belkhacem-viree-aux-legislatives-par-les-electeurs-reviendrait-en-politique-comme-senatrice/

Le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, annonce sa démission

L’autorité du président, elle se gagne sur le terrain en faisant preuve de justesse et de justice. Demander aux armées un effort double que celui demandé aux autres ministères alors que dans son discours aux forces armées, on annonce que l’on va renforcer la défense militaire sape de facto la crédibilité, la confiance et l’autorité.

Il avait exprimé son mécontentement face aux coupes dans le budget des armées.

Le général Pierre de Villiers, chef d\'état-major des armées, après sa prise de fonction, le 17 janvier 2014.
Le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, après sa prise de fonction, le 17 janvier 2014. (JOEL SAGET / AFP)
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le 19/07/2017 | 10:01
publié le 19/07/2017 | 09:26

Le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, a annoncé sa démission dans un communiqué, mercredi 19 juillet. Dans ce texte, il considère « ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel [il] croit pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd’hui et demain ». Le général a donc présenté sa démission au président, « qui l’a acceptée ».

>> La polémique entre Emmanuel Macron et le général de Villiers en cinq actes

Pierre de Villiers avait exprimé son mécontentement face aux coupes budgétaires, devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale. Emmanuel Macron avait alors réaffirmé publiquement son autorité, en indiquant notamment dans le JDD : « Si quelque chose oppose le chef d’état-major des armées au président de la République, le chef d’état-major des armées change. » Cette démission du chef d’état-major des armées est inédite sous la Ve République, selon France 2.

Pierre de Villiers occupait la fonction de chef d’état-major des armées depuis trois ans et demi. Il revient dans son communiqué sur son désaccord avec l’exécutif en rappelant que les missions confiées aux armées « ne cessent d’augmenter » : « J’ai estimé qu’il était de mon devoir de leur faire part de mes réserves, à plusieurs reprises, à huis clos, en toute transparence et vérité. » Il conclut en rendant hommage aux soldats, marins et aviateurs avec lesquels il a travaillé « pendant quarante-trois années, au service de la nation, en toute sincérité ».

http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/armee-et-securite/le-general-pierre-de-villiers-chef-d-etat-major-des-armees-annonce-sa-demission_2290163.htmlhttp://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/armee-et-securite/le-general-pierre-de-villiers-chef-d-etat-major-des-armees-annonce-sa-demission_2290163.html

Des notes de frais pour les parlementaires? Un député se demande s’il devra « aller au McDo »

Quand on lit ça on a l’impression d’être dans un autre monde une autre dynastie
Et bien oui monsieur le député vous serez obligé de faire comme les français qui vous ont élus , qui vous ont fait confiance, ou est le déshonneur? Et quelle suffisance !!! N’oubliez pas que vous êtes simplement élu par le peuple , celui que vous méprisez tant une fois les élections passées évidemment et que ce même peuple peut vous renvoyer à la maison

Voilà l’image de la députation que donne ce triste sire,aucune pensée pour les pauvres,tout pour sa gueule,il n’est pas le seul,loin de là ,c’est pourquoi,il faut impérativement refondre l’assemblée,tout remboursement demande une facture,et de nommer la ou les personnes qui l’accompagnent,comme dans les pays anglo-saxons,ce monsieur oublie que ce sont les contribuables qui le paie y compris  ses privilèges.

tu as des menus à moins de 10 euros , c’est largement suffisant pour le peu qu’ils font et au moins ils ne dormiront pas en séance

18/07/2017 à 20h56

 Politique
 Le projet de loi de moralisation de la vie publique prévoit de supprimer l’indemnité de frais de mandat des députés et sénateurs pour la remplacer par un système de notes de frais.

Explosif !!! Macron habillé pour plusieurs hivers par un ancien camarade de l’ENA

… un costume taillé avec précision

Touché, coulé, il ne le rate pas et ne lui fait aucun cadeau….

vu la source, j’ai vérifié, et ça a l’air vrai

 

Explosif !!! Macron habillé pour plusieurs hivers par un ancien camarade de l’ENA

UN CAMEROUNAIS ANCIEN CAMARADE DE MACRON LUI REPOND.

Le camerounais Joël Teubissi Noutsa, ancien élève de l’ENA, cette école de laquelle est issu le président français, vient de lui répondre, suite à ses déclarations polémiques lors du récent sommet du G20. Une réponse magistrale qui revient sur des détails qu’a tendance à oublier le jeune chef de l’état français.

Habib Hassan

LETTRE OUVERTE A EMMANUEL MACRON.

Mon cher Emmanuel, J’ai appris avec consternation dans les médias les propos désobligeants, empreints de mépris, de sarcasme et de racisme, que tu as prononcés à l’égard de mon continent. Dois-je te rappeler que lorsque tu sollicitais le suffrage de ton peuple, tu as qualifié le colonialisme de « crime contre l’humanité » lors d’un séjour en Algérie. Certainement dans l’objectif de rallier l’électorat français d’origine maghrébine et africaine. Quoique, entre les deux tours, sachant pertinemment que tu serais élu, tu t’es ravisé en parlant de « crime contre l’humain ». Il me souvient également que tu mettais en avant le choix de l’Ambassade de France au Nigeria comme lieu de stage lors de tes études à l’Ena, comme pour faire croire à cet électorat que tu souhaitais le connaitre, bien avant d’aspirer à la Magistrature suprême.

Cependant, à peine élu, et surtout depuis que tu dînes régulièrement avec le nabot qui nous avait insultés à Dakar, tu es devenu moqueur et véhément à notre égard. Il y a encore quelques semaines tu te moquais de nos frères comoriens, dont la Présidence de la République a qualifié ton écart de langage sur les Kwassa-kwassa « d’inconsidéré (…) et à mettre sur le compte de (ta) jeunesse ». Tes excuses sont d’ailleurs toujours attendues. Aujourd’hui tu expliques à la face du monde, en plein sommet du G20, que le sous-développement de l’Afrique est « civilisationnel ». Que c’est parce que nous sommes « des cultivateurs de chanvre indien ; des guerriers belliqueux, corrompus, incompétents et inaptes à la démocratie … des trafiquants d’êtres humains et de biens culturels … et des fornicateurs invétérés, au point d’avoir entre 7 et 9 enfants par femme… » Mais tu as oublié de te poser les bonnes questions, comme celles de savoir qui sont les plus grands consommateurs de chanvre indien, fabricants d’armes, trafiquants en tout genre, esclavagistes, corrupteurs et exploiteurs ? Mon cher Emmanuel, si le cannabis a d’abord été qualifié de chanvre « indien » et pas « africain », c’est bien qu’il a commencé à être cultivé quelque part, là-bas en Asie. Etant donné que mes ancêtres n’étaient pas de grands navigateurs, on peut subodorer que ce sont les tiens qui l’ont importé sur notre continent. L’histoire nous raconte même que l’opium, son cousin germain, a été implanté en Chine par ta cousine la Grande Bretagne pour fragiliser ce peuple. Tu as bien dit « guerriers belliqueux, corrompus, incompétents et inaptes à la démocratie », dois-je te rappeler que tes aïeux ont instrumentalisé et armé les guerres les plus sanglantes sur mon continent et favorisé la plupart des coups d’état violents.

Qui finance les groupes terroristes, dont AQMI, BOKO HARAM et le MUJAO ? Qui a tué Khadafi, qui était l’ultime rempart de notre sécurité et le moteur de notre développement ? Qui a ourdi l’assassinat des héros de la lutte pour l’indépendance (Um et consorts) et des présidents en exercice (Olympio, Boganda, Tombalbaye, Ngouabi, Sankara, Ntaryamira, Habyarimana, etc.), qui souhaitaient simplement s’affranchir de l’hégémonie de l’Etat français ? Qui a fait partir certains chefs d’Etat du pouvoir, à l’instar des présidents Gbagbo et Lissouba, qui gênaient les intérêts de l’Etat français ? Qui soutient les régimes africains les plus incompétents et dictatoriaux, depuis les années d’indépendance ? Qui, par des accords de défense léonins, a fait main basse sur nos matières premières ? Qui nous rendra les mallettes d’argent qui ont circulé dans les réseaux françafricains ? Pourtant, pour avoir été scolarisé avec des africains, qui sont d’ailleurs membres de ton mouvement En marche, tu es censé connaitre la qualité des hommes de ce continent. Tu nous as qualifiés de « trafiquant d’êtres humains et de biens culturels », j’aimerai que tu me dises le fonds de ta pensée, concernant l’esclavage du peuple noir pendant plus de trois siècles, la colonisation qui a duré près d’un siècle et le néocolonialisme et le paternalisme qui perdurent.

Mes ancêtres n’ont aucun mémorial en France, pas même une stèle ! Alors qu’ils se sont battus pour les idéaux d’égalité et de fraternité que tu foules au pied par tes propos. D’où proviennent les reliques africaines précieusement conservées au Musée du Louvre et dans les musées français, qui en font le rayonnement ? Le comble, c’est quand je t’ai entendu dire que les milliards d’euros que vous déversez chez nous ne changeront rien à notre condition, tant que nos femmes continueront d’avoir entre 7 et 9 Enfants. Cher Emmanuel, pour le coup tes statisticiens se sont fourvoyés car, le taux de fécondité en Afrique s’élevait à 4,7 enfants par femme en 2016. Même en 1950, il était de 6,5 enfants par femme. Ce rappel étant fait, permets-moi de faire deux commentaires à ce sujet. Le premier sur le volume de l’aide internationale et ensuite sur la démographie. Tes prédécesseurs avaient arrêté le seuil annuel de l’aide internationale des pays riches, en faveur des pays pauvres, à 0,7% du Produit national brut (PNB), parce qu’ils estimaient à raison que vous deviez payer pour le tort que vous nous aviez fait subir, en spoliant nos richesses et en nous volant nos valeureux guerriers pendant 400 ans. Que ce soit la France, ou sa cousine la Grande Bretagne, puissances colonisatrices, vous n’avez jamais atteint 0,4% de votre PNB. Et que dire de votre aide, quand elle nous parvient ? Lorsqu’elle est sous la forme d’infrastructures, ce sont vos entreprises qui gagnent les marchés à des prix trois fois supérieurs au coût nécessaire pour les réaliser. Ce sont vos compatriotes qui sont recrutés à des niveaux supérieurs, avec des salaires exorbitants. C’est votre matériel qui est utilisé. Lorsqu’elle est sous la forme de bourses, c’est dans votre économie que les étudiants dépensent l’argent reçu, etc. Je t’aurai bien conseillé quelques études qui mettent en exergue les effets négatifs de l’aide sur nos économies, mais je ne doute pas que tu les ais en ta possession.

Sur le nombre d’enfants, comme je l’ai dit plus haut, tes chiffres sont faux et ton analyse fragile. Tu devrais pourtant savoir, et c’est inscrit dans le séminaire de Géopolitique que tu as dû suivre à l’Ena ou à Sciences po, que la population est un facteur de richesses et fait partie des cinq attributs de la puissance, cf la Chine, l’Inde, le Nigeria, etc. Tu as dû certainement zapper ce cours, trop occupé à faire mumuse avec Brigitte.

Tiens, justement, Brigitte, parlons-en. Personne en Afrique ne te fait le reproche d’avoir cocufié un homme qui avait l’âge d’être ton père ⎼ qui t’a d’ailleurs aimablement accueilli sous son toit ⎼ avec une femme qui a l’âge d’être ta mère ? Certains diront que c’est indécent ou te qualifieront de traitre, mais c’est ton choix et je le respecte ! Des mauvaises langues affirment même qu’elle te servirait de paravent pour, comme Philippot, exprimer tes orientations sexuelles. Certains diront que tu es pervers, ou que cette orientation sexuelle est « civilisationnelle », mais je m’en garderai bien. Que dire donc de ton libre choix de ne pas procréer ? Là encore, je me garderai bien de fouiner dans tes sous-vêtements, mais de grâce, laisses ceux de nos mères tranquilles !!! Le plus drôle dans cette histoire c’est de voir la frénésie avec laquelle certains compatriotes et frères africains se délectent de tes propos condescendants et paternalistes, cherchant à noyer le poisson ou à en minimiser la portée. Certains le faisant naïvement, dans le but de ne pas égratigner leurs amis français, ou le souvenir de leur séjour en France ; tandis que d’autres, plus pervers, réagissent de la sorte de manière à préserver leurs « intérêts ». J’ai des amis français, de très bons amis d’ailleurs et j’ai un souvenir ému de mon court séjour dans ce pays. Donc, je n’ai aucunement de problème ni de haine vis-à-vis des Français, mais plutôt avec l’Etat français dont nous ne supportons plus le mépris et l’inculture de ses dirigeants, notamment en ce qui concerne l’histoire de l’humanité.

Très cher Emmanuel, tu devrais savoir que la pauvreté comme la richesse à l’échelle individuelle, nationale ou continentale sont cycliques ! L’Afrique a un jour régné sur le monde, souviens-toi, et son tour reviendra. Aussi, en toute fraternité, je t’invite à te repentir de tes propos et à nous présenter tes excuses afin que cette génération ne grandisse pas avec pareille humiliation.

En effet, quand notre tour adviendra, il ne plairait à personne que la même graine de revanche, qui a animé tes cousins germains allemands suite à l’humiliation de Nuremberg, n’ait germé dans les consciences de 2 milliards de noirs. Te voilà prévenu !

Bonne fête nationale. Ton condisciple africain

Teubissi Noutsa Joël,

ancien élève de l’ENA

source:http://afrik-inform.com/index.php/fr/politiques/812-france-natalite-en-afrique-explosif-un-camerounais-ancien-camarade-de-macron-lui-repond

Quand le Roi Macron Danse… au-dessus d’un volcan

 Le JUVENILE..Roi Macron me fait penser à la Reine .D’Espagne cette merdeuse de 9 ans qui voulait imposer ses caprices .. dispendieux !!
C’est le plus troublant, ce sentiment que la technocratie a repris le pouvoir, pendant que le nouveau Président est tout occupé à sortir de la cuisse de Jupiter et à resacraliser sa fonction qui en avait bien besoin. « Le Roi danse » donc comme s’en enchantait déjà Louis XIV autrefois. Mais la France en effet est un vieux pays de volcans dont a vu rejaillir le feu, alors qu’on les croyait trop vieux…

La mise en garde alarmiste d’Edouard Philippe sur l’état du pays est symptomatique de la gouvernance de la France depuis des années. A croire que « la danse au dessus d’un volcan » serait devenue une spécificité française, comme la bourrée auvergnate.

Macron et son optimisme juvénile

Ce sont les chantres, et les chancres, du désespoir qui n’ont cessé de battre tambour et estrades médiatiques pour finir écrabouillés par l’optimisme juvénile et moderniste du candidat Emmanuel Macron et sa foi rafraichissante en un avenir meilleur.

Tobias SCHWARZ / AFP

« Nous dansons au dessus d’un volcan qui gronde de plus en plus fort… » La mise en garde volontairement alarmiste du Premier ministre Edouard Philippe n’aura pas entraîné grand débat ni mobilisation à la hauteur de l’alarme. Comme si l’on regardait avec le plus grand scepticisme ce lanceur d’alerte, qui vient après tant d’autres. On ne prend guère plus au tragique ce chef de gouvernement que son prédécesseur François Fillon, qui sonnait le tocsin dès septembre 2007. Sa polyphonie corse résonnait pourtant très fort. « Je suis à la tête d’un Etat en faillite », se plaignait-il, ce qui ne l’empêchait pas d’aggraver le déficit pendant 5 ans, tout en prétendant « que si la France était une entreprise ou un ménage, elle serait en cessation de paiement »! Et Fillon de faire valser l’anse du panier…

« La danse au dessus d’un volcan » serait donc devenue une spécificité française, comme la bourrée auvergnate. Une manière inconsciente, et goguenarde de se la couler douce et impunément dans ce pays béni des Dieux, plus riche qu’on ne veut le dire et qui fait la nique à tous les économistes catastrophistes, pourtant fort savants!

Rendons grâce quoiqu’il en soit à l’esprit français qui inventa l’expression « danser au-dessus d’un volcan ». C’était lors d’une brillante réception au palais Royal en l’honneur du Roi de Naples. L’écrivain Narcisse Achille de Salvandy eut ce mot qui devait passer à la postérité à l’adresse du Duc d’Orléans: « c’est une fête toute napolitaine, Monseigneur, nous dansons au dessus d’un volcan ». L’allusion au Vésuve était fine et le propos prémonitoire: quelques jours plus tard éclatait la révolution de Juillet! On ne peut pas toujours guincher impunément.

Jean de la Fontaine, avec sa cigale et sa fourmi, l’a enseigné à des générations de sacripants. Ce qui n’empêcha pas qu’on fit la sourde oreille dans les années 20 refusant d’entendre les avertissements qui annonçaient la crise de 1929. Idem face à la montée du fascisme: les peuples préférèrent danser plutôt que se damner d’angoisse. Surtout lorsque les tragédies comme la guerre de 14-18 les ont saignés.

Optimisme juvénile

Beaucoup dépend en fait de la capacité des élites à décrire le mal qui menace, et les remèdes à apporter. Il faut savoir que nous comptons parmi nos excellences des bardes du malheur patentés, qui, quelle que soit la situation, prophétisent la fin du monde puisqu’ils détestent le nouveau. Ce sont les chantres, et les chancres, du désespoir qui n’ont cessé de battre tambour et estrades médiatiques pour finir écrabouillés par l’optimisme juvénile et moderniste du candidat Emmanuel Macron et sa foi rafraichissante en un avenir meilleur. Ce positivisme, cette foi dans le progrès, ont sans doute été déterminants dans le mouvement qu’il a entraîné, puis dans sa victoire. Mais, « en même temps », c’est ce qui rend l’alarmisme de son Premier ministre difficilement audible, bien qu’il ait été habilement mis en scène par un rapport aux petits oignons de la Cour des Comptes- un constat à pleurer, dramatisant à souhait!

Convertis à un avenir qui sourit, nous ne sommes pas prêts à croire en un avenir qui grimace à ce point. Le tout à partir de calculs comptables, tant et tant de fois relativisés, sinon démentis. Ajoutons une réflexion d’importance…

Quel est précisément ce magma explosif qui menace? S’agit-il seulement de la dette, alors que « plaie d’argent n’est pas mortelle »? Le volcan français n’est pas seulement financier, chacun le sait, chacun le sent et le candidat Emmanuel Macron en a lui-même commencé d’analyser la complexité comme l’ampleur et la virulence. Crise économique, crise sociale, crise psychologique, crise d’espérance, crises d’identité aussi: la neurasthénie française, dont le Président promet de nous sortir, ne se limite pas à « son addiction à la dépense publique ». C’est pour cela que les mesures prises ne semblent en rien à la hauteur du diagnostic esquissé. Oserons-nous dire que certaines les aggravent, comme le report de la suppression de la taxe foncière, alors qu’est maintenue la hausse de la CSG? Il reste des promesses lointaines, mais il y avait une mesure sociale, attendue, et pas deux, dont la portée symbolique était réelle, et voilà qu’elle est renvoyée aux calendes grecques! Au profit de petits arrangements et de mesures à la Bercy, c’est à dire techno, sans choix politique clair.

C’est le plus troublant, ce sentiment que la technocratie a repris le pouvoir, pendant que le nouveau Président est tout occupé à sortir de la cuisse de Jupiter et à resacraliser sa fonction qui en avait bien besoin. « Le Roi danse » donc comme s’en enchantait déjà Louis XIV autrefois. Mais la France en effet est un vieux pays de volcans dont a vu rejaillir le feu, alors qu’on les croyait trop vieux…