La Corée du Nord ne veut pas dialoguer avec les États-Unis

Kim jong-Un se souvient du traitement réservé aux autres dictatures dépourvues de l’arme nucléaire…
Pourtant la stratégie diplomatique est excellente : on commence par menacer d’anéantissement le pays et son peuple, puis l’on insulte le leader en face du monde entier et ensuite on lance les pourparlers. Qu’est ce qui pourrait aller de travers ?

Washington dispose de « lignes de communications » avec Pyongyang et « sonde » la Corée du nord pour l’ouverture d’éventuels pourparlers, mais le régime de Kim Jong-Un ne manifeste pour le moment « aucun signe d’intérêt » pour un dialogue, a fait savoir samedi la diplomatie américaine.

"Sondé" par Washington, Pyongyang ne montre "aucun intérêt" pour un dialogue

« Nous posons des questions. Nous avons des lignes de communication avec Pyongyang, nous ne sommes pas dans le noir complet », a assuré le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, à des journalistes à Pékin, à la suite d’une rencontre avec le président chinois Xi Jinping.

STR / KCNA via KNS / AFP

Washington dispose de « lignes de communications » avec Pyongyang et « sonde » la Corée du nord pour l’ouverture d’éventuels pourparlers, mais le régime de Kim Jong-Un ne manifeste pour le moment « aucun signe d’intérêt » pour un dialogue, a fait savoir samedi la diplomatie américaine. « Nous posons des questions. Nous avons des lignes de communication avec Pyongyang, nous ne sommes pas dans le noir complet », a assuré le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, à des journalistes à Pékin, à la suite d’une rencontre avec le président chinois Xi Jinping.

« Nous avons deux ou trois canaux ouverts avec Pyongyang (…) Nous pouvons leur parler, nous leur parlons », a assuré M. Tillerson, alors que les deux pays n’ont pas de relations diplomatiques. Mais la Corée du Nord n’a encore manifesté « aucun signe d’intérêt » à ce jour pour des pourparlers avec les Etats-Unis, indiquait peu après le département d’Etat américain.

« Les officiels nord-coréens n’ont montré aucun signe d’intérêt pour des pourparlers sur la dénucléarisation », a déclaré la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert dans un communiqué, tout en rappelant elle aussi l’existence de « plusieurs canaux pour communiquer avec des officiels au sein du régime nord-coréen ». Rex Tillerson a déclaré que les Etats-Unis étaient en train de « sonder » la volonté du régime de Kim Jong-Un d’engager des discussions sur son programme nucléaire.

« Pressions pacifiques »

Sur fond d’escalade verbale entre président Donald Trump et Kim Jong-Un, Rex Tillerson s’est fait en revanche le chantre de « pressions pacifiques » sur Pyongyang, via un durcissement des sanctions internationales et en travaillant avec la Chine pour resserrer l’étau autour du régime nord-coréen. Les Etats-Unis ont répété à plusieurs reprises ne pas écarter « l’option militaire » contre la Corée du Nord, le président Donald Trump brandissant même la menace d’une « destruction totale » de ce pays.

Mais de hauts responsables du gouvernement américain reconnaissent qu’une intervention militaire dans la péninsule serait compliquée et périlleuse, mettant en danger la population sud-coréenne à portée de l’artillerie du Nord. Washington mise ouvertement sur les effets de la nouvelle batterie de sanctions adoptées par le Conseil de Sécurité de l’ONU après le puissant essai nucléaire de Pyongyang début septembre.

Alors que les Etats-Unis fustigeaient le manque de fermeté de la Chine, lui reprochant de ne pas faire suffisamment pression sur son turbulent voisin, ils ont applaudi les « progrès » des autorités chinoises à mesure qu’elles mettaient en musique la résolution onusienne. La Chine a annoncé jeudi que les entreprises nord-coréennes établies sur son territoire devraient fermer d’ici à janvier. Et le géant asiatique a confirmé qu’il limiterait de manière drastique ses exportations de produits pétroliers raffinés.

« Enormes » pas chinois

« Des pas énormes dans la bonne direction », s’est félicité le Département d’Etat américain. Si la Chine assure appliquer « complètement » les sanctions onusiennes, elle s’oppose farouchement à toute intervention militaire dans la péninsule et plaide sans relâche pour une solution « pacifique » via des « pourparlers ». Pékin défend également l’idée d’un « double moratoire » -l’arrêt simultané des essais balistiques et nucléaires de Pyongyang et des manoeuvres militaires américano-sud-coréennes : une solution dont Washington ne veut pas entendre parler.

Peu avant les propos du chef de la diplomatie américaine, une organisation étatique nord-coréenne chargée de la propagande extérieure avait lancé samedi de nouvelles insultes à l’adresse de Donald Trump, le qualifiant de « vieux psychopathe » en « mission suicide pour provoquer un désastre nucléaire qui réduira l’Amérique en océan de flammes ». Ces derniers jours, l’hôte de la Maison Blanche avait qualifié d' »homme-fusée » embarqué dans une « mission suicide » le numéro un nord-coréen, qui lui avait rétorqué: « Gâteux mentalement dérangé ».

Cette spirale verbale alarme la communauté internationale et refait planer le spectre d’un essai nucléaire nord-coréen dans le Pacifique, susceptible d’entraîner une réaction des forces armées américaines. Rex Tillerson s’est montré samedi peu empressé de défendre les tweets belliqueux du président Trump: « La situation est un peu surchauffée en ce moment. Je pense que tout le monde voudrait que ça se calme ».

Pas de « lignes rouges »

« Si la Corée du Nord cessait de tirer des missiles, cela apaiserait déjà pas mal les choses », avait-t-il cependant plaidé. Une éventuelle intervention militaire dépend du seul Donald Trump, mais « autant que je sache, le commandant en chef n’a pas tracé de lignes rouges », a-t-il également commenté.

Rex Tillerson rencontrait samedi le président Xi Jinping ainsi que son homologue Wang Yi, au cours d’une visite destinée à préparer le premier voyage du président Trump en Chine, prévu pour novembre. « Je suis convaincu que sa visite sera spéciale, merveilleuse et réussie », a assuré M. Xi samedi, mettant en avant son « amitié personnelle » avec son homologue américain.

(Avec AFP)

https://www.challenges.fr/monde/asie-pacifique/sonde-par-washington-pyongyang-ne-montre-aucun-interet-pour-un-dialogue_503265

Publicités

 La pourriture journalistique  avec comme 1 er de la classe….. vous découvrirez dans le papier et surtout, lisez lez commentaires

.Pourquoi ce désespoir de la presse française face à la libération de Deir Ezzor?

Pourquoi ce désespoir de la presse française face à la libération de Deir Ezzor?

Le 5 septembre, l’armée régulière syrienne, aidée par l’armée russe, libère la ville stratégique de Deir Ezzor d’une occupation par l’Etat islamique depuis 2014. Pourtant, les réactions dans la presse françaises sont mitigées. Et pour cause, la victoire de Bashar el-Assad s’approche. En la matière, la palme du déshonneur journalistique revient à Libération qui nous gratifie d’un article de propagande de toute beauté. Voyons cela en détail.

Après un blocus de près de 4 ans, l’armée syrienne, aidée par la Russie, a libéré la ville de Deir Ezzor, dernier gros bastion de l’état islamique, dont la fin est désormais proche. Mais cette victoire signifie également celle du Président légitime syrien, celui tant détesté par l’Occident. Et le dernier article de Libération à ce sujet dépasse toutes les bornes.

Voici déjà le titre:

Снимок экрана (212)

Non, vraiment, quelle honte. Le « régime », autrement dit l’armée régulière nationale syrienne, pas les groupuscules « d’opposition », ni la coalition américaine baptisée internationale pour les besoins de la cause, n’ont « tiré » les premiers, non, ce fichu « Régime » l’a fait et a gagné. Depuis quand une armée régulière a-t-elle le droit, sans l’accord de la coalition américaine, de défendre son territoire? Mais où cela existe-t-il encore? C’est un archaïsme des plus déplacé.

Que finalement l’état islamique ait été battu, est manifestement secondaire. Car, on vous le dit, la population n’en peut plus des bombardements russes (à Rakka, les bombes démocratiques de la coalition ne tuent que les extrémistes et les victimes collatérales – ou plutôt les victimes collatérales et parfois aussi des extrémistes – sachant que les victimes collatérales sont êtres abstraits, pas vraiment des êtres d’ailleurs). Un beau témoignage recueilli par Libération:

On a survécu à l’oppression des jihadistes, puis aux bombardements russes et du régime. C’était devenu l’enfer là-bas. Il pleut des obus, jour et nuit. On ne sait jamais quelle sera la prochaine cible.

Il faut que vous compreniez correctement: les jihadistes, les russes et le régime, représentent la même chose: le mal qui oppresse la population et l’empêchent d’arriver au bonheur démocratique apporté par la coalition américaine.

Maintenant que vous avez bien compris cela, vous saisirez ce qui suit. Les Etats Unis avaient tracé une ligne, qui était censée bloquer l’avancée des forces régulières et favoriser les groupes dits d’opposition, financés, armés et tenus par l’Occident. On rappellera juste que la Syrie ne fait pas partie des Etats Unis, au cas où quelqu’un aurait un doute, et que la Syrie n’a jamais demandé aux Etats Unis d’intervenir, que l’ONU ne leur a pas non plus donné mandat. Juste un rappel. C’est justement au nom de cette fameuse ligne que les Etats Unis ont déjà frontalement attaqué l’armée syrienne et tué plusieurs centaines de ses soldats, sur le territoire de la Syrie, dans le respect le plus complet de la souveraineté du pays … Passons. Et bizarrement, les Etats Unis, qui tenaient cette ligne, ne donnaient pas les moyens à leurs pions d’aller attaquer l’état islamique:

Снимок экрана (213)

Pourquoi? Soyons certains que nos chers journalistes, certainement même de Libération, nous éclaireront très rapidement sur ce point.

Au lieu d’une population désespérée, comme le laisse entendre la presse française, une population qui en veut au « Régime » et attendait la venue des Etats Unis, c’est une foule en liesse qui accueille les libérateurs et ne veut qu’une chose, vivre comme avant. Finalement, la population ne semble pas si opposée à Assad …

La fin de l’état islamique n’implique pas la fin du conflit en Syrie, mais son changement de forme, avec les risques d’une guerre des partisans, qui semble se préparer dans l’ouest du pays avec la recomposition de groupes terroristes à partir de l’opposition dite modérée (voir notre article ici). Ce conflit va aussi se transformer sur le plan politique, et c’est ce qui chagrine nos bienpensants. Car Assad sort renforcé politiquement de ses victoires militaires sur le terrain et moralement de sa victoire contre l’état islamique. Il serait toutefois surprenant que nos dirigeants si bien intentionnés baissent si facilement les bras. Nous attendons donc de nouveaux articles de leurs ouvriers de la presse, sur le thème du « tyran Assad » et de son « régime ».

Karine Bechet-Golovko

source: http://russiepolitics.blogspot.fr/2017/09/pourquoi-ce-desespoir-de-la-presse.html#more

 

10 commentaires

  1. Avatar

    Thomas MORE 08 septembre 2017
    Merci Karine, je lis régulièrement vos papiers. Karine, il faut être plus brutale, la Syrie c’était la dernière colonie de la France. Nous allions mettre la main sur les ressources de son sous-sol, et essayer de récupérer un bout de gras sachant que le copain yankee-sion allait nous le piquer dans le bouche. En mettant la main sur la Syrie, nous étions des petits rois du M-Orient, dans le jeu du Mossad, MI6 et de la CIA. Nos petits young leaders de 39 ans (Sc. Po + ENA) pouvaient s’afficher avec nos juifs de Tel-Aviv et ceux de Washington, devant toutes les caméras du Monde!!
    ***
    Patatrac!!!!, tout s’écroule avec la Route de la Soie, la constitution de l’Axe Chiite, le Port de Guerre de Tartous, le port de Guerre de la Chine à Djibouti et le renforcement de l’Armée d’Assad…qui seule peut laminer au sol nos 100,000 gamins de Tsahal.
    ****
    Karine, le Hezbollah peut rayer Tsahal de la carte si la frontière sud du Liban et de la Syrie sont bouclées!
    Karine, tous les Media de la petite France sioniste sont dans les mains des fils des rédacteurs du Protocole des Sages de Sion!
    Regardez bien les privatisations annoncées et la tête des nouveaux actionnaires….On risque de voir une flopée de kippas sur nos écrans de TV!
    Bonne chance Karine!
    • Avatar

      Nordin 08 septembre 2017
      Encore l’axe chiite
      phoenix et gunsgurg ont vu juste .
      Bye bye
    • Avatar

      Bérangère 08 septembre 2017
      En répétant jour après jour «l’axe chiite» dans chacun de vos commentaires, vous vous prêtez au jeu des américano-sionistes. Soit vous le faites exprès, soit vous faites l’imbécile. Dasn un cas comme dans l’autre, vous n’êtes pas sur le site de Paris-Match ou de Libération ici.
      • Avatar

        jojo 08 septembre 2017
        En s insurgeant devant les massacres en Birmanie,l Iran et l Arabie seoudite sont les premiers contestataires des massacres de musulmans.Je vois pas d axe chiite ici.Ces musulmans tues sont ni chiites ni sunnites.Simplement des musulmans.
  2. Avatar

    jojo 08 septembre 2017
    Ciel protégé?Apparement toujours pas!les chasseurs israéliens ont bombarde a Hama mercredi soir.
    Donc la Russie ne peut toujours rien faire contre israël qui ose toujours.
  3. Avatar

    KONGO Kinshasa 08 septembre 2017
    Une guerre de l’information va débuter maintenant que le gouvernement légitime de la Syrie a remporté la victoire militaire sur le terrain. Elle sera féroce ! La diabolisation de la personne de Bashar Al Assad s’intensifie avec le thème « Bashar a massacré son peuple avec du gaz sarin » ! Cela a déjà commencé sur France 24 le siomédia de propagande du Quai d’Orsay ! Les commentateurs et les « experts » invités sur le plateau de cette télé de merde rivalisent de talent pour dénigrer le gouvernement syrien et le rendre responsable de toutes les victimes civiles de la guerre ! Aussitôt qu’on allume la télé, si on est en bonne santé mentale, on l’éteint tout de suite après, tellement la propagande y est nauséabonde !
  4. Avatar

    ayoune 08 septembre 2017
    Avec la libération de Deir-Ezzor par l’armée régulière, la France et bien d’autres, ont réalisé dans la douleur, l’échec de toute la campagne guerrière souhaitée et planifiée par le duo Israël -USA, soutenue par leurs alliés européens trainards, financée par les enturbanés serviles du Golfe, et menée tambour battant par les chiens de guerre de Daech. Pas le moindre dividende. La France n’est pas seule à se mordre les doigts, au demeurant.
  5. Avatar

    le moine obscur 08 septembre 2017
    Que les journaleux et journalopes fransionistes soient au désespoir quoi de plus jouissif ? Et quoi une défaite de Daesh les réjouit moins que les déboires du peuple syrien. S’ils aiment tant Daesh qu’ils aillent les soutenir physiquement et qu’ils y emmènent BHL et BK (Bernard Kouchner). A chaque fois que les journaleux et journalopes fransionistes pleurent nous devons rire car c’est que cela annonce une bonne nouvelle !
  6. Avatar

    jojo 08 septembre 2017
    La France,marginalisée dans le conflit,depuis le retrait de la scène dr ses vaches laitières,Qatar et saoud continue a gesticuler en vain.Elle ne désespère pas de prouver ,ne serait ce qu un indice d armes chimiques.Quoique il en soit elle a toujours le Yémen a se mettre sous la dent.Et peut être,le porte parole des saoud en Birmanie,pourvu au il y ait du fric a volonté.
  7. Avatar

    GHOZLAN 08 septembre 2017
    Par contre la majorité de la Presse Française avait vivement médiatisée l’agression Israélienne sur la position de l’Armée Syrienne à proximité de Hama , mais un » Black Out » de la presse avait été décrété sur le Siège brisé par l’Axe de resistance sur Deir Ezzour ???

La seule menace crédible c’est celle de la machine merdiatique mondiale qui multiplie quotidiennement les menaces apocalyptiques imaginaires, plus virtuelles que réelles.

Pyongyang

L’arsenal balistique et nucléaire nord-coréen, menace imminente pour la planète?

© AFP 2017 Ed Jones
Lu dans la presse

URL courte
Nezavissimaïa gazeta
Traduction de la presse russe (septembre 2017) (20)
149802

Le lancement le 29 août du missile nord-coréen (survolant le Japon) qui est tombé dans l’océan Pacifique et qui, selon la version officielle, a parcouru 2.700 km à l’altitude maximale de 550 km, n’a ajouté pratiquement aucune nouvelle information sur le développement du programme balistique de la Corée du Nord.

Hormis le fait que le vol du missile Hwasong a été une réussite. Cela pourrait donner l’impression que ce missile a toutes les chances de passer l’étape des essais de vol et d’être mis en service. Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Le dernier essai nucléaire nord-coréen souterrain peut être perçu comme un nouveau défi provocateur désespéré de Pyongyang lancé avant tout à Washington pour pousser à un contact direct.

Indéniablement, le niveau d’élaboration, c’est-à-dire de fiabilité de nombreux missiles, et pas seulement de grande portée, des systèmes de bord et terrestres de contrôle, ainsi que des systèmes de lancement reste bas, comme en témoignent, par exemple, les trois récents lancements ratés de missiles déjà en service. Ce qui représente une menace supplémentaire lors d’un lancement de missiles nord-coréens car on ignore si les spécialistes locaux sont capables de contrôler les vols avec des défaillances qui entraînent d’importants changements de trajectoire, s’il existe des systèmes de destruction ou d’autodestruction en cas d’incident, s’il existe des systèmes de prévention de lancements non autorisés, etc.

Il existe une incertitude extrêmement significative quant à la possibilité de doter les missiles nord-coréens d’ogives nucléaires. D’un côté, selon certaines informations, la Corée du Nord possède 8, voire 10 ou 12 ogives pour être installées sur les missiles; de l’autre, selon d’autres informations, Pyongyang ne peut pas encore les utiliser sur les missiles, mais uniquement sur des bombes aériennes. Tout en sachant que même les missiles de classe Scud et Nodon-1, et les générations suivantes, peuvent embarquer une charge utile d’environ 1.000 kg. Toute l’histoire relativement récente de création dans les Etats nucléaires d’ogives nucléaires avec l’usage de l’uranium ou du plutonium militaire confirme la possibilité de créer des ogives de ce poids. Dans ces conditions d’incertitude il est parfaitement logique de compter sur le pire des scénarios, qui plus est vu la détérioration permanente de la situation militaro-politique dans la région.

Corée du Nord : Trump se dit prêt à frapper, Pyongyang évoque une « guerre nucléaire »

Il ne s’agit pas de jouer les pacifistes mais tout simplement de s’apercevoir que lorsque des fous sont à la tête d’un pays ils sont capables d’embraser le monde et de le détruire. Je crois qu’avec ces loustics la planète et ses habitants ont du soucis à se faire et ceci sans tomber dans le catastrophisme.

Corée du Nord : Trump se dit prêt à frapper, Pyongyang évoque une "guerre nucléaire"
Donald Trump le 10 août 2017 lors d’un briefing de sécurité. ((Nicholas Kamm / AFP))

L’escalade verbale entre Washington et Pyongyang s’enveniment en dépit des appels à la retenue de la Chine.

Partager ce contenu

Il n’y a personne pour éteindre le « feu et la fureur ». Et l’inquiétude internationale grandit. Donald Trump a proféré de nouvelles menaces contre la Corée du Nord, ce vendredi 11 août. L’escalade verbale entre Washington et Pyongyang s’enveniment en dépit des appels à la retenue de la Chine.

« Les solutions militaires sont maintenant complètement en place, et prêtes à l’emploi, si la Corée du Nord se comporte imprudemment », a déclaré le président américain sur son compte Twitter, une fois de plus.

« J’espère que Kim Jong-Un trouvera une autre voie ! »

Capture du 2017-08-11 19-21-19

« Odieux fanatique de la guerre nucléaire »

Pyongyang, dans le même temps, qualifiait Donald Trump d' »odieux fanatique de la guerre nucléaire » par la voix de l’agence officielle nord-coréenne KCNA. Et d’ajouter :

« Trump est en train de mener la situation dans la péninsule coréenne au bord d’une guerre nucléaire« .

Face à une surenchère sans précédent entre Washington et Pyongyang, la Chine a tenté

 

« Nous appelons toutes les parties à faire preuve de prudence dans leurs mots et leurs actions, et à agir davantage pour apaiser les tensions », a déclaré Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Comment éviter la guerre avec la Corée du Nord ?

La Russie « très inquiète »

Cette montée des tensions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord pèse sur les marchés financiers et inquiète de nombreux dirigeants mondiaux. « Je ne vois pas de solution militaire à ce conflit », a mis en garde vendredi la chancelière allemande Angela Merkel.

La nervosité a également gagné Moscou où le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov s’est dit « très inquiet » des risques de conflit « très élevés » entre les Etats-Unis et la Corée du Nord.

Loin de chercher l’apaisement, le président américain a au contraire multiplié ces derniers jours les déclarations bellicistes. Jeudi, Donald Trump a défendu sa formule controversée promettant « le feu et la colère » à Pyongyang estimant qu’elle n’était « peut-être pas assez dure ». Depuis son golf de Bedminster, dans le New Jersey, où il passe des vacances, Potus assure : .

« Si la Corée du Nord fait quoi que ce soit – ne serait-ce qu’en songeant à attaquer des gens que nous aimons, ou nos alliés, ou nous-mêmes – ils devront vraiment s’inquiéter ».

Un responsable de la Maison-Blanche a toutefois indiqué qu’il ne fallait pas voir dans les propos de Donald Trump le signe d’une action militaire imminente.

« Il y a des plans militaires pour à peu près toutes les crises du globe […] Ces plans sont continuellement mis à jour et présentent des options au président. Il n’y a rien de nouveau », a dit ce responsable sous couvert d’anonymat.

Corée du Nord : quelles sont les options militaires de Donald Trump ?

L’armée américaine « prête à combattre »

L’armée américaine a indiqué vendredi être « prête à combattre » si le président américain en donnait l’ordre.

« Nous maintenons un état de préparation optimum pour faire face à la menace nord-coréenne conjointement avec nos alliés et partenaires dans la région », a déclaré le porte-parole du Pentagone, le colonel Rob Manning à l’AFP.

Face au changement de ton à Washington, la Corée du Nord a menacé de lancer une attaque contre l’île américaine de Guam, avant-poste stratégique des forces américaines dans le Pacifique.

Ile de Guam : « On aurait 40 minutes avant qu’un missile nord-coréen nous touche »

L’armée doit présenter au jeune dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un un plan d’offensive contre Guam d’ici la mi-août, selon les militaires nord-coréens.

Quatre missiles seront tirés simultanément, a expliqué l’armée. Les engins, passant au-dessus du Japon, « voleront 17 minutes et 45 secondes sur une distance de 3.356,7 km, et s’écraseront en mer à 30 ou 40 km de Guam ». Ils s’abîmeraient ainsi à l’extérieur des eaux territoriales américaines.

Pour Donald Trump, la Chine « doit faire plus »

Selon les analystes, des tirs vers Guam placeraient Washington dans une position délicate : si les Etats-Unis ne tentaient pas de les intercepter, leur crédibilité en prendrait un coup et Pyongyang se sentirait pousser des ailes pour mener un test d’ICBM grandeur nature.

Donald Trump s’est également une nouvelle fois montré agacé par l’attitude de la Chine, principal partenaire économique de Pyongyang, qui doit « faire beaucoup plus » pour mettre la pression sur son turbulent voisin. « Cela ne va pas continuer comme ça », avait-il tonné jeudi.

Pékin prône une résolution « négociée » du dossier nord-coréen, renvoyant dos à dos Washington et Pyongyang.

Le Chine avait ainsi proposé à plusieurs reprises, pour désamorcer la crise, un double « moratoire »: l’arrêt simultané des essais nucléaires et balistiques nord-coréens d’une part et celui des manoeuvres militaires conjointes des Etats-Unis et de la Corée du Sud d’autre part.

La Chine a également approuvé samedi à l’ONU une septième volée de sanctions économiques internationales contre la Corée du Nord, en réponse au tir par ce pays de tirs de missiles intercontinentaux. Ces sanctions étaient proposées par Washington, mais Donald Trump a dit craindre que leur effet ne soit limité.

Avec AFP

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20170811.OBS3302/coree-du-nord-trump-se-dit-pret-a-frapper-pyongyang-evoque-une-guerre-nucleaire.htmlhttp://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20170811.OBS3302/coree-du-nord-trump-se-dit-pret-a-frapper-pyongyang-evoque-une-guerre-nucleaire.html

L’establishment US contre le reste du monde

La guerre s’avive, l’état profond contre les intérêts du monde.
Que feront les marionnettes, suivront elles le maître au détriment de leurs propres industries.

La classe dirigeante états-unienne s’estime menacée par les changements internationaux impulsés par le président Trump. Elle vient de se coaliser pour le placer sous la tutelle du Congrès. Dans une loi votée à la quasi-unanimité, elle a instauré des sanctions contre la Corée du Nord, l’Iran et la Russie et a cassé les investissements de l’Union européenne et de la Chine. Il s’agit pour elle de stopper la politique de coopération et de développement du président et de revenir à la doctrine Wolfowitz de confrontation et de suzeraineté.

| Beyrouth (Liban) | 1er août 2017

+
JPEG - 85.7 ko

C’est un scandale sans précédent. Le secrétaire général de la Maison-Blanche, Reince Priebus, faisait partie du complot chargé de déstabiliser le président Trump et de préparer sa destitution. Il alimentait les fuites quotidiennes qui perturbent la vie politique états-unienne, notamment celles sur la prétendue collusion entre l’équipe Trump et le Kremlin [1]. En le renvoyant, le président Trump est entré en conflit avec l’establishment du Parti républicain, dont Priebus est l’ancien président.

Observons au passage qu’aucune de ces fuites sur les agendas et les contacts des uns et des autres n’a apporté la moindre preuve des allégations avancées.

La réorganisation de l’équipe Trump qui s’en est suivie s’est faite exclusivement au détriment de personnalités républicaines et au profit des militaires opposés à la tutelle de l’État profond. L’alliance qui avait été conclue contre mauvaise fortune bon cœur par le Parti républicain avec Donald Trump lors de la convention d’investiture, le 21 juillet 2016, est morte. On se retrouve donc avec l’équation de départ : d’un côté le président outsider de « l’Amérique profonde », de l’autre, toute la classe dirigeante de Washington soutenue par l’État profond (c’est-à-dire par la partie de l’administration chargée de la continuité de l’État au delà des alternances politiques).

À l’évidence cette coalition est soutenue par le Royaume-Uni et Israël.

Ce qui devait arriver arriva : les leaders démocrates et républicains se sont entendus pour contrecarrer la politique étrangère du président Trump et préserver leurs avantages impériaux.

Pour ce faire, ils ont adopté au Congrès une loi de 70 pages instaurant officiellement des sanctions contre la Corée du Nord, contre l’Iran et contre la Russie [2]. Ce texte impose unilatéralement à tous les autres États du monde de respecter ces interdictions commerciales. Ces sanctions s’appliquent donc tout autant à l’Union européenne et à la Chine qu’aux États officiellement ciblés.

Seuls cinq parlementaires se sont désolidarisés de cette coalition et ont voté contre cette loi : les représentants Justin Amash, Tom Massie et Jimmy Duncan, et les sénateurs Rand Paul et Bernie Sanders.

Des dispositions de cette loi interdisent plus ou moins à l’Exécutif d’assouplir ces interdictions commerciales, sous quelque forme que ce soit. Donald Trump est théoriquement pieds et poings liés. Certes, il pourrait opposer son veto, mais selon la Constitution, il suffirait au Congrès de revoter le texte dans les mêmes termes pour pouvoir l’imposer au président. Celui-ci le signera donc sans s’imposer le camouflet d’être mis au pas par le Congrès. Dans les prochains jours va débuter une guerre inédite.

Les partis politiques US entendent casser la « doctrine Trump » selon laquelle les États-Unis doivent se développer plus vite que les autres pour conserver le leadership mondial. Ils entendent au contraire rétablir la « doctrine Wolfowitz » de 1992, selon laquelle Washington doit conserver son avance sur le reste du monde en ralentissant le développement de tout compétiteur potentiel [3].

Paul Wolfowitz est un trotskiste qui s’était mis au service du président républicain Bush père pour lutter contre la Russie. Il devint secrétaire adjoint à la Défense, dix ans plus tard, sous Bush fils, puis président de la Banque mondiale. L’année dernière, il apporta son soutien à la démocrate Hillary Clinton. En 1992, il avait écrit que le plus dangereux compétiteur des États-Unis était l’Union européenne et que Washington devait la détruire politiquement, voire économiquement.

La loi remet en cause tout ce que Donald Trump a accompli durant les six derniers mois, notamment la lutte contre les Frères musulmans et leur organisations jihadistes, la préparation de l’indépendance du Donbass (Malorossiya), et le rétablissement de la route de la soie.

En première rétorsion, la Russie a demandé à Washington de réduire le personnel de son ambassade à Moscou au niveau de celui de sa propre ambassade à Washington, c’est-à-dire à 455 personnes, expulsant 755 diplomates. De la sorte, Moscou entend rappeler que s’il a interféré dans la politique US, c’est sans commune mesure avec l’importance de l’ingérence US dans sa propre vie politique.

À ce propos, ce n’est que le 27 février dernier que le ministre de la Défense, Sergeï Choïgou annonçait à la Douma que les Armées russes sont désormais capables elles aussi d’organiser des « révolutions colorées », avec 28 ans de retard sur les États-Unis.

Les Européens réalisent avec stupeur que leurs amis de Washington (les démocrates Obama et Clinton, les républicains McCain et McConnell) viennent de stopper net tout espoir de croissance dans l’Union. Le choc est certainement rude, pourtant ils n’ont toujours pas admis que le prétendument « imprévisible » Donald Trump est en réalité leur meilleur allié. Complètement sonnés par ce vote, survenu pendant leurs vacances d’été, les Européens se sont mis en mode attente.

Sauf réaction immédiate, les sociétés qui ont investi dans la solution de la Commission européenne à l’approvisionnement énergétique de l’Union sont ruinées. Wintershall, E.ON Ruhrgas, N. V. Nederlandse Gasunie, et Engie (ex-GDF Suez) se sont engagées dans le doublement du gazoduc North Stream, désormais interdit par le Congrès. Ils perdent non seulement le droit de concourir à des appels d’offres US, mais tous leurs avoirs aux États-Unis. Ils sont interdits d’accès aux banques internationales et ne peuvent poursuivre leurs activités hors de l’Union.

Pour le moment, seul le gouvernement allemand a exprimé son désarroi. On ignore s’il parviendra à convaincre ses partenaires européens et à dresser l’Union contre son suzerain US. Jamais une telle crise n’est survenue et par conséquent il n’existe aucun élément de référence pour anticiper la suite des événements. Il est probable que certains États membres de l’Union défendront les intérêts US, tels que pensés par le Congrès, contre leurs partenaires européens.

Les États-Unis, comme tout État, peuvent interdire à leurs sociétés de commercer avec des États étrangers et à des sociétés étrangères de commercer avec eux. Mais, selon la Charte des Nations Unies, ils ne peuvent imposer leurs propres choix en la matière à leurs alliés et partenaires. C’est pourtant ce qu’ils ont fait depuis leurs sanctions contre Cuba. À l’époque, sous l’impulsion de Fidel Castro —qui n’était pas communiste—, le Gouvernement cubain avait lancé une réforme agraire à laquelle Washington entendait s’opposer [4]. Les membres de l’Otan, qui n’avaient que faire de cette petite île des Caraïbes, suivirent donc le mouvement. Progressivement, l’Occident, imbu de lui-même, a considéré comme normal d’affamer les États qui résistaient à leur puissant suzerain. Voici que pour la première fois, l’Union européenne est touchée par le système qu’elle a aidé à mettre en place.

Plus que jamais, le conflit Trump/Establishment prend une forme culturelle. Il oppose les descendants des immigrés à la recherche du « rêve américain » à ceux des puritains du Mayflower [5]. D’où, par exemple, la dénonciation par la presse internationale du langage vulgaire du nouveau responsable de la communication de la Maison-Blanche, Anthony Scaramucci. Jusqu’ici Hollywood s’accommodait parfaitement des manières des hommes d’affaire new-yorkais, mais soudainement ce langage de charretier est présenté comme incompatible avec l’exercice du Pouvoir. Seul le président Richard Nixon s’exprimait ainsi. Il fut contraint à la démission par le FBI qui organisa le scandale du Watergate contre lui. Pourtant chacun s’accorde à reconnaître qu’il fut un grand président, mettant fin à la guerre du Vietnam et rééquilibrant les relations internationales avec la Chine populaire face à l’URSS. Il est étonnant de voir la presse de la vieille Europe reprendre l’argument puritain, religieux, contre le vocabulaire de Scaramucci pour juger de la compétence politique de l’équipe Trump ; et le président Trump lui-même le renvoyer à peine nommé.

Derrière ce qui peut apparaître n’être qu’une lutte de clans se joue l’avenir du monde. Soit des relations de confrontation et de domination, soit de coopération et de développement.

[1] “State Secrets : How an Avalanche of Media Leaks is Harming National Security”, Senate Homeland Security and Governmental Affairs Committee, July 6, 2017.

[2] H.R.3364 – Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act

[3] « US Strategy Plan Calls For Insuring No Rivals Develop », Patrick E. Tyler, New York Times, March 8, 1992. Le quotidien publie également de larges extraits du rapport secret de Wolfowitz en page 14 : « Excerpts from Pentagon’s Plan : « Prevent the Re-Emergence of a New Rival » ». Des informations supplémentaires sont apportées dans « Keeping the US First, Pentagon Would preclude a Rival Superpower » Barton Gellman, The Washington Post, March 11, 1992.

[4] « El robo más largo de la historia cometido por un país contra otro », por Jorge Wejebe Cobo, Agencia Cubana de Noticias , Red Voltaire , 19 de julio de 2017.

[5] « Les États-Unis vont-ils se réformer ou se déchirer ? », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 25 octobre 2016.

http://www.voltairenet.org/article197281.htmlhttp://www.voltairenet.org/article197281.html

Macron face à la nouvelle guerre froide américaine (Consortium News)

Si vous comptez sur macron, considérez d’ores et déjà que c’est mort.

Diana JOHNSTONE

Le président français, Emmanuel Macron, s’est positionné comme un éventuel arbitre pour faciliter une réduction des tensions entre les États-Unis et la Russie, une démarche qui a du sens pour la France, mais qui peut provoquer les faucons officiels de Washington qui veulent intensifier la nouvelle guerre froide.

(Dennis Bernstein : ) 
J’ai interviewé la journaliste et historienne Diana Johnstone basée à Paris sur la récente visite de Trump à Paris. Johnstone est la co-auteur de From MAD to Madness : Inside the Pentagon’s Nuclear War Planning Machine [1], les mémoires de son père, Paul H. Johnstone, en tant qu’analyste principal du Groupe d’évaluation des armes stratégiques du Pentagone et co-auteur des Pentagon Papers. Je lui ai parlé par téléphone en France le 19 juillet.

* * *

Dennis Bernstein : Diana, quelle est votre réaction à la récente visite de Trump à Paris pour rencontrer Emmanuel Macron ?

Diana Johnstone : Eh bien, tout d’abord, il est clair qu’Emmanuel Macron a vu un avantage à être le seul ami d’un Trump dramatiquement isolé. Cette amitié pourrait renforcer la position de Macron dans ses relations avec l’Allemagne, la principale tâche de son mandat consistant à influencer l’Allemagne dans l’évolution de la politique de l’UE.

De plus, Macron est en mesure d’être un intermédiaire dans ce rapprochement entre Trump et Poutine, ce que bien sûr le Parti de la Guerre à Washington fait tout pour empêcher. Macron s’est donc placé dans une position intéressante.

Je pense que tous les quatre candidats en tête à la récente élection française auraient suivi la même voie, les autres probablement de manière plus résolue. C’était tout à fait dans l’intérêt de la France de changer sa politique étrangère. Les intellectuels qui s’occupent sérieusement, diplomates et autres, de la politique étrangère se rendent compte que cette politique visant le changement de régime en Syrie ne fonctionne pas et, en même temps, que les sanctions contre la Russie sont très nocives pour les économies française et européenne, alors qu’elles profitent aux États-Unis. Ce que Macron fait est donc sans doute ce que l’establishment français devait faire, quel que soit le candidat élu.

DB : Quelle est votre analyse sur cette folie du Russia-Gate ?

DJ : Eh bien, je ne suis pas psychiatre, mais vu d’ici en Europe, ce qui se passe est incroyable. Je viens de voir l’interview de Tucker Carlson avec Max Boot sur Fox News. Ce néoconservateur délirant de haine anti-russe est membre du Council of Foreign Relations [Conseil des Relations Extérieures], autrefois un cénacle de l’élite, alors qu’il devrait être sous traitement psychiatrique.

Bien sûr, la machine Clinton a pris le contrôle du Parti Démocrate et l’a transformé en Parti de la Guerre. Quel mal y a-t-il à parler à des étrangers ? L’idée même que parler aux Russes puisse constituer un acte de traîtrise est complètement insensée. À tout moment de l’histoire, même lorsque les gouvernements étaient réellement en guerre entre eux, ils maintenaient une sorte de contact, ne serait-ce que pour des raisons évidentes de renseignements.
 Maintenant, on ne veut rien savoir.

Essayer de criminaliser et d’interdire tout contact à un niveau plus ou moins officiel avec les Russes va au-delà de la pratique diplomatique traditionnelle, même en temps de guerre. Je pense que le problème à Washington est qu’il y sévit un véritable Parti de la Guerre prêt à aller jusqu’à la guerre nucléaire pour empêcher que la Russie puisse mettre en question l’hégémonie américaine.

DB : La grande histoire au G-20 était que Trump parlait à Poutine et devait donc être inculpé pour trahison, lui et toute sa famille.

DJ : Je suis sûre que les Russes en tirent la conclusion que nous allons vers la guerre. Que peuvent-ils comprendre d’autre ? Nous faisons tout pour convaincre les Russes que nous nous préparons à leur faire la guerre, quel qu’en soit le prix. Bien sûr, cela les oblige à renforcer leurs capacités militaires afin de pouvoir réagir. Poutine a constamment fait des gestes amicaux envers les États-Unis et ils ont simplement été ignorés. La seule explication possible est que nous sommes irrévocablement hostiles.

Rappelons qu’en 2013, Obama s’est retrouvé coincé par sa rhétorique sur la ’ligne rouge’, ayant promis que les États-Unis frapperaient la Syrie en cas d’utilisation d’armes chimiques. Naturellement, les médias occidentaux se pressaient de blâmer Assad, alors que depuis il a été bien établi par des enquêteurs très sérieux, dont Seymour Hersh, que cette utilisation d’armes chimiques n’était qu’une opération sous fausse bannière, visant à provoquer l’intervention américaine directe.

Avec beaucoup de tact, les diplomates russes ont proposé de sortir de l’impasse en organisant une opération internationale pour déposséder la Syrie de son arsenal chimique. Cela a très bien marché, offrant une illustration des bienfaits potentiels d’une coopération entre Moscou et Washington. Cette belle réussite prometteuse est tombée dans le trou noir de l’inconscience occidentale. Maintenant, tout le monde au sein de l’OTAN déplore « la faiblesse » d’Obama qui a raté l’occasion de bombarder Damas, en tirant la conclusion qu’il faut réagir de manière « plus forte ».

DB : Quel est votre avis sur la récente réunion du G-20 à Hambourg et la réponse populaire ? 

DJ : Je ne pense pas que cette réponse ait été très bien réfléchie. Beaucoup ne se rendent pas compte que le G-20 est, en réalité, un pas vers une réduction de la domination occidentale, car il comprend des nations non-occidentales très peuplées – la Russie, la Chine, l’Indonésie, etc. La réaction de la rue était très simpliste : « Ils sont le pouvoir et nous sommes contre. » Aucun discernement entre différents problèmes. Les violences ont éclipsé l’importance de la rencontre entre Poutine et Trump. Cette manifestation de rage populaire ne s’exprimait pas contre les multiples gestes belliqueux des dirigeants occidentaux mais contre une réunion qui essayait d’améliorer la communication internationale.

DB : Que pensez-vous de la controverse autour de l’Union européenne et du rôle de la France ?


DJ : l’Union européenne est totalement déséquilibrée parce que l’Allemagne est maintenant une nation exportatrice à faible coût du travail, qui maintient un déséquilibre commercial important avec ses partenaires. Deux des autres candidats en tête dans la course à la présidence française étaient très critiques de l’UE et ont même laissé planer la possibilité d’une sortie de l’euro.

Macron a été mis en place par l’establishment pour sauver l’Union européenne. Il est clair que la mission de Macron est de persuader les Allemands d’adopter une politique qui permettra aux autres pays de se développer économiquement au lieu d’être étranglés comme ils le sont actuellement. Je ne sais pas s’il réussira, mais c’est une des raisons pour lesquelles il veut que Trump et Poutine soient de son côté, pour remplacer Merkel en tant que figure dominante dans l’UE.

DB : Vous venez de sortir un livre incroyablement important intitulé From Mad to Madness : Inside the Pentagon’s Nuclear War Planning Machine. Votre père, Paul H. Johnstone, était analyste principal du Groupe d’évaluation des armes stratégiques au Pentagone. Vous avez repris les mémoires et commentaires qu’il a écrits sur le sujet. Lorsque Daniel Ellsberg a publié les Pentagon Papers, il a fait une chose d’une énorme importance. Mais ce n’est pas lui qui a écrit les Pentagon Papers, ils l’ont été par des planificateurs de la guerre. Votre père en était l’un des co-auteurs. Pouvez-vous décrire le travail de votre père pour le Pentagone ?

DJ : Un projet qu’il avait initié s’appelait « les études d’incidents critiques », qui visait à informer les dirigeants sur le vrai déroulement de situations de crise, qui échappent aux prévisions. Deux de ces études de crise sont dans le livre, l’une porte sur le Laos et l’autre sur la crise de Berlin. Fait intéressant, la sécurité était tellement draconienne qu’il n’avait plus accès à ses propres analyses, et a dû les réécrire de mémoire. Fondamentalement, son idée était d’essayer d’éduquer ces dirigeants sur les incertitudes liées à leurs décisions.

Voyez-vous, le Pentagone dresse des plans d’intervention militaire en tous genres, pour répondre aux crises théoriques, mais les dirigeants n’ont le temps de lire que des résumés, qui essaient généralement de présenter un côté positif et de faire valoir que « en tout cas, les Etats-Unis seront victorieux ». En fait, les dirigeants au sommet ne comprennent pas très bien vers quoi ils risquent d’entraîner le pays. Les Pentagon Papers étaient une telle étude commandée par Robert McNamara pour tenter de déterminer comment diable étions-nous entrés dans ce bourbier au Vietnam. Ainsi, alors que les Pentagon Papers étaient une révélation majeure pour le public, l’élite dirigeante savait déjà qu’elle ne pouvait pas gagner cette guerre. Cela ne l’a pas empêchée de continuer pendant quelques années encore.

DB : Vous écrivez dans le livre : ’Théoriser sur la guerre nucléaire était une sorte d’exercice de virtuose dans la création d’un monde imaginaire dans lequel toutes les déclarations doivent être cohérentes les unes avec les autres, mais rien ne doit être cohérent avec la réalité, car il n’y avait aucune réalité pour les valider’.

DJ : C’est la description par mon père de ce qu’ils faisaient. Il en était évidemment plus conscient que la plupart de ses collègues. Il connaissait bien Paul Nitze [2] qu’il trouvait personnellement sympathique. Mais il ne comprenait pas comment une personne aussi cultivée que Nitze pouvait être si aveugle sur l’Union soviétique, en pensant qu’ils voulaient sans cesse nous attaquer.

Aujourd’hui, nous voyons la même mentalité, des gens apparemment intelligents qui sont totalement paranoïaques envers la Russie. Vous savez, le mouvement contre la guerre pensait avoir appris quelque chose du Vietnam, mais c’est le Parti de la Guerre qui a appris à bien contrôler l’opposition. Aujourd’hui il n’y a plus d’opposition sérieuse à la guerre.

DB : Un des points importants soulignés dans votre livre est que, quoiqu’en disent les analystes, une guerre nucléaire entraîne une destruction mutuelle.

DJ : Parfois, les analystes l’ont reconnu dans le passé mais la planification continue. C’est de la folie. L’irréalisme de ce qui se passe au Pentagone trouve sa contrepartie dans à l’irréalisme que l’on constate maintenant dans les milieux dirigeants à Washington. Il y a la folie de la planification de guerre au Pentagone : ’Nous avons ces nouvelles armes merveilleuses, maintenant décidons comment les utiliser’. Et en même temps, une folie croissante a pris possession de la classe politique qui dit : ’Ouais, génial, on y va !’

C’est une situation incroyablement dangereuse et les gens semblent endormis. Nous avons vu des milliers de femmes dans les rues pour protester contre une remarque que Trump avait fait il y a onze ans, mais on ne dit rien pour empêcher que le monde n’explose d’une minute à l’autre. Il me semble qu’il y a une absence de priorités aux États-Unis chez ceux qui gardent un peu de santé morale.

DB : La première partie de votre livre est intitulée ’The World of Target Planning’.

DJ : Cela a commencé dans la Deuxième Guerre mondiale. A l’origine de sa carrière, mon père travaillait au ministère de l’Agriculture avec Henry Wallace, c’était le cœur du New Deal, ce qui comptait était d’aider les gens à vivre bien dans la paix. Après 1941, Wallace et mon père se trouvaient dans la guerre économique contre l’ennemi. Le pays n’en est jamais sorti.

La religion des États-Unis est devenue la destruction totale de l’ennemi. Avec nous, c’est toujours la capitulation inconditionnelle. Il ne suffit pas de vaincre un ennemi, il faut le détruire. Ceci est étroitement lié à la possession d’armes nucléaires, à l’idée de destruction totale plutôt qu’à une simple défaite. Ca fait partie de l’extrême arrogance intégrée dans la culture américaine : nous ne devons jamais perdre, nous devons toujours gagner. […]

Des études très importantes sur les bombardements stratégiques au cours de la Seconde Guerre mondiale ont conclu que ce n’était pas le bombardement stratégique qui a gagné la guerre. Cependant, ce mythe a été perpétué jusqu’à nos jours, que le bombardement stratégique gagne des guerres. Cela continue parce que l’armée de l’air a besoin de beaucoup d’argent pour continuer son business.

Au cours de la guerre du Vietnam, la question fut posée aux experts quant à savoir quel serait l’effet d’un bombardement du Nord. Ils ont conclu qu’il ne ferait que « ressouder l’ennemi contre nous ». Mais la Force aérienne voulait bombarder et a obtenu gain de cause. Ils voulaient participer à l’action. La politique de Washington joue un rôle très important dans le déclenchement de ces guerres. Donc, même lorsque les services de renseignement arrivent à produire quelque chose qui a du sens, c’est généralement ignoré.

Tout cela semblait diminuer un peu avec la reconnaissance de la notion de « destruction mutuelle assurée ». Le problème est que, depuis l’effondrement de l’Union soviétique, l’arrogance des États-Unis – qui a fait que Truman, par exemple, décide de larguer la bombe atomique sur le Japon après que le Japon ait déjà été vaincu – est de retour, de plus en plus radicale.

Lorsque Poutine, en 2007, a déclaré qu’il voulait un monde multipolaire plutôt qu’un monde unipolaire, alors la Russie et Poutine sont devenus l’ennemi. De plus, nous avons Dieu et le dollar de notre côté et nous pouvons faire n’importe quoi. Au cours de la guerre froide, il y avait une certaine prudence au sommet, chez Eisenhower et Kennedy. Aujourd’hui, toute prudence s’est évaporée. Quelqu’un comme Steven Cohen, par exemple, un authentique expert sur la Russie, est effectivement marginalisé parce qu’il n’est pas sur la ligne anti-russe. Quand le Président élu semble vouloir faire la paix avec Poutine, il est traité par les médias, les services de renseignement et même des membres de son propre parti comme un traitre en puissance.


DB : Il existe une section dans votre livre intitulé « Imagining Doomsday », qui décrit les efforts du Weapons Systems Evaluation Group pour étudier les implications des retombées radioactives. J’imagine qu’ils reviennent maintenant sur ces choses, c’est l’information qu’ils doivent avoir.

DJ : Eh bien, on suppose qu’ils sont en train de revoir les armes pour les rendre plus puissants et moins radioactives. Toutes ces activités sont liées à la mise en place d’un « bouclier » en Europe de l’Est, destiné à donner aux États-Unis une capacité de première frappe. Contrairement à ce qu’on prétend, le bouclier n’est pas destiné à nous protéger de l’agression russe, il est censé nous protéger contre les représailles russes. Ça ne marchera pas, mais c’est la dernière illusion.

Diana Johnstone

interviewée par Dennis Bernstein pour Consortium News

Traduction VD pour Le Grand Soir, révisée et légèrement amendée par l’interviewée.

https://www.legrandsoir.info/macron-face-a-la-nouvelle-guerre-froide-americaine-consortium-news.htmlhttps://www.legrandsoir.info/macron-face-a-la-nouvelle-guerre-froide-americaine-consortium-news.html

Menace de guerre contre la Corée du Nord

C’est la force irrésistible de la puissance mondiale, facteur essentiel de son hégémonie que de plonger, avec l’aide du système mondial d’information, les milliards de terriens dans cet état perpétuel d’angoisse et de menace à venir, le plus souvent celle du déclenchement d’une nouvelle guerre mondiale. Ce qui pour J. Derrida définit précisément la terreur, la menace du pire à venir et pour Sloterdijk ce qui constitue le meilleur moyen « d’étouffer autant que possible le moindre germe de nouvelle formations d’opposition intracapitaliste face aux inégalités sociales croissantes ».

1er juillet 2017

Bruno GUIGUE

Après son entretien avec le nouveau président sud-coréen Moon Jae-in, le 30 juin, Donald Trump a encore durci le ton contre la Corée du Nord. « La patience stratégique avec le régime nord-coréen est terminée. Ensemble, nous faisons face à la menace du régime dangereux et brutal de Corée du Nord. Les programmes nucléaire et balistique de ce ce régime exigent une réponse déterminée », a déclaré le président américain. Pour la première fois, Washington a également annoncé des sanctions contre une banque chinoise accusée de coopérer avec Pyongyang.

Si la fonction des médias dominants est de substituer l’imaginaire à la réalité, la représentation occidentale de la Corée du Nord n’échappe pas à la règle. Vu de l’Ouest, il est vrai que Pyongyang fait figure d’accusé idéal. Cette « monarchie rouge », ce « régime ubuesque », ce « goulag asiatique » réunit les stigmates de tout ce que l’homo occidentalis est censé détester. Désigné par les grands prêtres du droit-de-l’hommisme comme l’incarnation du Mal, cet Etat honni ferait peser, selon le secrétaire d’Etat US Rex Tillerson, « la pire des menaces sur la paix mondiale ».

Mais de quelle menace s’agit-il ? Depuis son entrée fracassante dans le club des puissances nucléaires, en octobre 2006, la Corée du Nord est mise au ban des nations. Contre ce petit pays, la « communauté internationale » phagocytée par Washington a mobilisé les grands moyens. Résolutions onusiennes, sanctions économiques et manœuvres militaires se succèdent, sans relâche, pour isoler le régime fautif. Rangée par les USA dans la catégorie des « Etats voyous », la République populaire démocratique de Corée est dans la ligne de mire.

La propagande occidentale dépeint Kim Jong-un comme un tyran sanguinaire faisant joujou avec la bombe, mais cette caricature peine à masquer la réalité des rapports de force. Inutile d’être un grand expert, en effet, pour comprendre que la stratégie nucléaire nord-coréenne est purement défensive. Dissuasion du faible au fort, sa finalité est d’exposer l’agresseur à des représailles, et non de prendre l’initiative des hostilités. Les Nord-Coréens veulent échapper au sort de l’Irak et de la Libye, pulvérisés par les USA et leurs supplétifs pour avoir le bonheur de goûter les bienfaits de la démocratie importée manu militari.

Le bellicisme prêté à Pyongyang, en réalité, relève d’une inversion accusatoire dont le soi-disant « monde libre » est coutumier. Prompts à donner des leçons de morale, les USA sont les seuls à avoir utilisé l’arme nucléaire. A Hiroshima et Nagasaki, en août 1945, ils l’ont fait sans hésitation et n’en éprouvent aucun remords. Non seulement ce massacre de masse (plus de 220 000 morts) fut d’une barbarie sans nom, mais il n’avait aucune justification militaire. Le Japon était prêt à capituler, et le recours à l’arme atomique visait à intimider l’URSS, dont les troupes écrasaient l’armée japonaise en Mandchourie.

Pour la « nation exceptionnelle » à la « destinée manifeste », carboniser des centaines de milliers de femmes, d’enfants et de vieillards ne pose aucun problème sur le plan moral. Pour fêter l’anniversaire de la double explosion, les généraux US aimaient déguster en famille une pâtisserie en forme de champignon atomique. Cinq ans plus tard, les mêmes galonnés à la bonne conscience indécrottable déchaînèrent les feux de l’enfer contre les Coréens. Ces derniers échappèrent de peu à l’apocalypse nucléaire rêvée par MacArthur, mais ils subirent les effets dévastateurs d’une arme nouvelle : le napalm. Pendant la guerre de Corée, l’US Air Force fit un usage massif de cet explosif incendiaire, et la plupart des grandes villes du Nord ont été détruites.

Imagine-t-on une guerre qui anéantirait 60 millions d’Américains en les carbonisant avec des bombes incendiaires ? C’est ce que la Corée du Nord a subi entre 1950 et 1953. Déversant davantage de bombes sur la péninsule que sur le Japon entre 1942 et 1945, les généraux du Pentagone ont massacré sans état d’âme 3 millions de personnes, soit 20% de la population de ce petit pays. On se doute bien que de telles broutilles n’entacheront jamais le prestige inégalé dont jouit l’Oncle Sam dans les contrées occidentales. Mais à la lumière de cette histoire on comprend mieux, en revanche, la hargne anti-impérialiste des Nord-Coréens.

Il n’y a pas que le passé, au demeurant, qui incite à relativiser la passion de Washington pour la paix dans le monde et l’amitié entre les peuples. Lorsque les USA jouent la vertu outragée et brandissent l’épouvantail nord-coréen, on finirait presque par oublier qu’ils détiennent 4 018 têtes nucléaires, alors que la République populaire démocratique de Corée en possède une dizaine. Les cinq essais nucléaires nord-coréens ont provoqué des torrents d’indignation en Occident, mais les USA en ont réalisé plus d’un millier. Enfin, ce n’est pas la Corée du Nord qui a pris l’initiative de nucléariser la péninsule, mais les USA en 1958.

Lorsqu’on demande ce que viennent faire des porte-avions US dans la région, la propagande répond que la Corée du Nord est un Etat-voyou qui a violé le traité de non-prolifération nucléaire. Mais un Etat souverain est libre de dénoncer un traité international, et Pyongyang a la mérite d’avoir annoncé la couleur en se retirant du TNP. De ce point de vue, sa situation est beaucoup moins scandaleuse que celle d’Israël. Car cet Etat non-signataire du TNP détient 300 têtes nucléaires avec la bénédiction des puissances occidentales, alors qu’il bombarde ses voisins et colonise des territoires qui ne lui appartiennent pas.

Les dirigeants nord-coréens ont beau user d’une rhétorique grandiloquente, ils ont les pieds sur terre. La puissance militaire de cet Etat de 25 millions d’habitants représente 2% de celle des USA, et sa seule ambition est de prévenir une agression extérieure dont la perspective n’a rien d’irréel. Réduits à l’impuissance au Moyen-Orient, les docteurs Folamour du Pentagone rêvent d’en découdre avec ce pays récalcitrant. Ils ont installé un bouclier anti-missiles en Corée du Sud, dépêché dans la région un puissant groupe aéro-naval, et largué dans la montagne afghane la méga-bombe anti-bunker « MOAB » en guise d’avertissement.

Malgré les réticences du nouveau président sud-coréen, qui s’est déclaré prêt à « renvoyer » le bouclier anti-missiles, les « neocons » de Washington envisagent ouvertement une opération militaire contre les installations nucléaires nord-coréennes. Car l’affrontement avec la Corée du Nord présenterait deux avantages. Il constituerait un puissant dérivatif à l’échec de l’impérialisme au Moyen-Orient, où il se heurte à l’axe Moscou-Téhéran-Damas-Bagdad. Et il fournirait un banc d’essai pour le bombardement des installations souterraines du complexe nucléaire nord-coréen avec la bombe « MOAB ». En cas de succès, une telle prouesse technologique priverait la Corée du Nord de son outil de dissuasion et administrerait une leçon de choses à l’Iran, cible préférée de l’administration Trump.

Pari hasardeux, bien sûr. Dans l’immédiat, cette agressivité a pour seul effet de conforter Pyongyang dans sa détermination. Farouchement attachée à sa souveraineté, fidèle à l’idéologie du « juché » (autonomie) héritée de Kim-Il-Sung, la Corée du Nord n’aime pas qu’on lui marche sur les pieds. Contrairement aux USA dont la doctrine prévoit la possibilité d’une attaque préventive, son programme nucléaire indique clairement à ceux qui voudraient l’attaquer qu’ils s’exposent à de sévères représailles. Décidée à résister à toutes les pressions, adossée au géant chinois, la République populaire démocratique de Corée est un « domino » que Washington n’est pas près de faire tomber.

Bruno GUIGUE

(Afrique-Asie, juillet 2017, version actualisée)